FAÇADE

Contrairement aux autres revêtements, les enduits à la chaux vieillissent bien et leur patine donne un cachet incomparable aux façades. Ils protègent le gros œuvre des intempéries et contribuent au confort intérieur.

Un vaste choix

 

Tous les enduits sont imperméabilisants et décoratifs : du plus actuel (à projeter) au plus traditionnel (manuel, préparé et appliqué dans les règles de l’art). Le choix d’un enduit de façade diffère selon son application et sa composition. Voici un rapide tour d’horizon.

Les enduits projetés

 

Ces mortiers industriels faits d’agrégats sélectionnés et composés de chaux, ciment et adjuvants s’adaptent aux pompes à mortier et pots de projection, réduisant ainsi le temps et le coût de leur mise en œuvre. Il existe deux catégories de produits :
– Les « prêts à gâcher » : ils s’appliquent sur supports ou enduits anciens (pierre, brique, briquette…). Malgré leur formulation « bâtardée » (mélange chaux et ciment), ils présentent des avantages intéressants : accroche ferme en deux couches (8 à 15 mm), consistance et aspect constants, large choix de coloris et de finitions.

– Les « monocouches » : granulométrie et coloris variés, pigmentation personnalisée. Ils s’utilisent sur maçonneries modernes (brique, parpaing) ou anciens enduits hydrauliques. Ils demandent deux passes dont la finition détermine l’épaisseur (de 8 à 15 mm au total).

Les enduits manuels

 

Formulés avec des agrégats plus grossiers, ils offrent un large panel de finitions « régionales » en lien avec le respect du patrimoine architectural et, pour les enduits traditionnels, une base plus affirmée de chaux. Là encore, on trouve deux types de produits :
– Les « monocouches » : destinés aux constructions neuves (béton, brique, parpaing). Ils sont similaires aux produits à projeter. Leur application à la truelle en deux ou trois couches (gobetis, corps d’enduit facultatif, finition) imite l’aspect des enduits anciens.

– Les « traditionnels » : pigmentés et prêts à gâcher,  sont indiqués pour le bâti ancien (pierre, brique, torchis…) mais aussi pour le neuf en (brique) monomur ou béton cellulaire. La chaux aérienne (CL) les compose en majorité. Ils requièrent les trois couches indispensables (2 à 4 cm au total) : le gobetis, le corps d’enduit et la couche de finition. À noter que pour les maçonneries hourdées au plâtre, il existe des produits chaux/plâtre spécifiques

DEVIS ET DÉPLACEMENT GRATUIT

Boukhateb Richard

Boukhateb Richard

Président

N’hésitez pas à me joindre sur mon mobile au 06.11.20.58.54 jusqu’à 20h chaque jour sauf le dimanche et jours fériés ou par mail ; contact@richardattila.com

Merci

Tamas Attila

Tamas Attila

Associé

N’hésitez pas à me joindre sur mon mobile au 06.45.49.02.79  jusqu’à 20h chaque jour sauf le dimanche et jours fériés ou par mail ; contact@richardattila.com

Merci